0

Chamra la Possédée

Feb 06 alkemy_the_game  

C’était au temps des mères de nos mères, ou peut-être de leurs mères à elles. A cette époque le monde était jeune, petit, le monde était jeune et ne demandait qu’à grandir.
Les dattes poussaient quatre fois par cycle, grosses et sucrées, les figuiers de barbarie n’avaient pas d’épines et les oueds n’étaient jamais à sec.
Dans une petite oasis des Jaabal Janub, vivait la jolie Chamra. Les caravanes qui portaient le sel dans l’est ne manquaient pas de s’arrêter pour demander à sa famille la main de la jeune fille. Sa mère refusait systématiquement, prenant prétexte de son âge, au grand dam des jeunes marchands.
Un garçon du nom de Fuwad trouva pourtant son cœur. Malgré la surveillance de ses aînés, il réussit à lui donner un rendez-vous dans les montagnes. Aux premières lueurs d’Hannah, Chamra courut le rejoindre.
Les deux adolescents passèrent une nuit à échafauder de nombreux plans de fuite et à rêver de leur vie future. Au petit matin, ils se rendirent enfin à l’évidence, ils ne pourraient vivre sans la bénédiction de leurs parents et rentrèrent en souriant à l’oasis.

oasis

Leur absence avait malheureusement été remarquée et les familles s’étaient déchirées durant toute la nuit. Lorsqu’ils arrivèrent au campement, Chamra et Fuwad ne purent même recueillir les derniers souffles de leurs parents. Ils transportèrent les corps un à un jusqu’à la roche qui avait hébergé leurs rêves et les recouvrirent de pierres.
Dans le silence de la nuit, ils s’allongèrent côte à côte sur le mausolée qu’ils avaient érigé et y abandonnèrent leurs dernières forces.
Au lever de Thébus, Chamra s’éveilla. La créature allongée à ses côtés n’avait plus rien à voir avec le jeune Fuwad. Il n’avait plus aucune consistance physique, mais pourtant irradiait d’une force inhumaine. Les esprits de tous les corps inhumés s’étaient concentrés en lui. Chamra hurla et exigea d’être prise aussi.
Durant huit sélènes, la créature refusa. L’insistance de Chamra en eut finalement raison et les esprits se séparèrent et fuirent vers les montagnes. L’esprit de Fuwad s’éloigna le dernier, lentement, alors Chamra se jeta sur lui et l’absorba.
Depuis, Chamra erre dans les montagnes à la recherche des esprits de ses parents, une étrange lueur rubis dans les yeux.
Les montagnes prirent un nouveau nom en son souvenir, les Monts des Esprits, les Jaabal Ifrit.